Django unchained

 3

Django est littéralement déchainé dans le dernier western spaghetti de Quentin Tarantino, sorti en salle depuis mi Janvier.

    « En 1858, dans le Sud des États-Unis, quelque temps avant la guerre de Sécession, un ancien dentiste allemand reconverti en chasseur de primes, le Dr King Schultz libère Django, un esclave, et le forme afin de lui permettre de l’assister dans une mission, puis pour le remercier décide de l’aider à libérer sa femme des mains de Calvin Candie, un riche et impitoyable propriétaire terrien du Mississippi ».
taantino
Tarantino voulait réaliser depuis longtemps un western spaghetti en hommage à une de ses idoles, le cinéaste Sergio Leone. Le titre de départ du projet était même « The Angel, The Bad And The Wise » en référence au Bon, la brute et le truand. Il s’inspire finalement de l’ultra-violent western, Django, réalisé par Sergio Corbucci en 1965. Franco Nero y tenait le rôle principal, et fait une apparition dans ce Django ci en tant que patron de bar.
Là encore, il s’agit d’un film violent – ok les enfants, c’est quand même un Tarantino ! Il n’est pas connu pour le scénario des Bisounours – j’y est surtout retrouvé les dialogues, l’humour et l’ambivalence de Pulp fiction.  Tarantino y a mélangé savamment ses ingrédients secrets de faiseur d’images et diffuseur d’hémoglobine, le tout en 2h44. Une savante recette que lui seul sait doser.
duo
En ce qui concerne les acteurs, le casting est splendide : Jamie Foxx joue Django, sobrissime. Tarantino avait pensé à Will Smith. Christoph Waltz a, pour une fois, eu un rôle de gentil. Et DiCaprio un rôle de méchant. Samuel L. Jackson l’accompagne. Kerry Washington, quand à elle, tient le rôle de la femme à sauver. Il en faut toujours une.
jamie
Coté musique, Tarantino ne fait pas composer les musiques mais préfère les choisir parmi celles déjà existantes. Cette sélection est tout simplement fabuleuse – tout comme celle de Main dans la main, dans un tout autre registre soit dit en passant. On y retrouve trois morceaux de l’inévitable Ennio Morricone qui sont : Un Monumento; Sister Sara’s Theme; The Braying Mule. On peut également écouter le compositeur Argentin Luis Enriquez Bacalov qui avait déjà composé la musique du film original Django de Sergio Corbucci, à travers là encore trois morceaux : La Corsa; Lo Chiamavano King; Django; 2Pour l’anecdote et parce que j’ai parfaitement adoré, on notera une séquence drolissime – et parfaitement longue ! – sur les cagoules du Ku Klux Klan et le souci du dimensionnement des trous pour les yeux afin de correctement et professionnellement « casser du noir »;

On finira par noter les 3 prix et 14 nominations dans les festivals dont meilleur acteur dans un second rôle Christoph Waltz, meilleur scenario Quentin Tarantino & meilleur second rôle masculin Leonardo DiCaprio.

Et vous, qu’en pensez vous ?!

Sources texte & photographies :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Django_Unchained
 
http://www.telerama.fr/cinema/on-a-vu-django-unchained-de-quentin-tarantino-et-c-est-vraiment-tres-bien,90807.php
http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19353314&cfilm=190918.html
Publicités

1 commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s